Puno ou « Rendre à César ce qui appartient à César »

Puno se situe au Pérou et constitue le point de départ pour aller sur les îles péruviennes du lac Titicaca.

Nous arrivons à 4h30 du matin avec le bus de nuit depuis Cuzco, et montons dans un taxi pour rejoindre notre hôtel qui gentiment nous ouvre la porte en pleine nuit et nous permet de déposer nos bagages pour aller passer une nuit sur les îles, plus légers.

Et là dans le taxi : surprise, nous trouvons un appareil photo réflex avec tous les accessoires, le tout dans une grosse sacoche bien lourde. Nos cerveaux fusent (enfin ils essayent parce qu’on vous rappelle qu’il est 4h30 du matin et que nous avons essayé de dormir dans le bus dont le compteur de vitesse était défectueux et bipait toutes les 2 secondes). Le chauffeur ne se souvient plus où il a déposé son dernier client (trop facile). On finit par conclure qu’on va le garder et retrouver le propriétaire car le chauffeur de taxi risque de le revendre pour l’équivalent de 2 fois son salaire annuel. On explique au chauffeur qu’on a retrouvé un chargeur d’appareil photo et qu’on le garde à l’hôtel, et on lui demande de donner l’adresse de notre hôtel si le mec appelle.

N’ayant rien trouvé dans l’appareil permettant d’identifier le suspect… enfin le propriétaire, on finit par laisser l’appareil à l’accueil de l’hôtel et nous appelons la police touristique pour leur expliquer (nous apprendrons plus tard qu’il ne faut jamais s’adresser à la police touristique quand on a perdu quelque chose dans ces pays car les objets se volatilisent… Bon à savoir : si tu penses avoir besoin de la police, surtout ne t’adresse pas à elle lol).

Nous partons donc sur le lac Titicaca comme vous l’avez vu sur le précédent post.

A notre retour, l’appareil est toujours là, et le mec de l’hôtel nous demande de l’emporter avec nous pour se libérer de cette responsabilité, en signant un papier volant certifié authentique avec nos empreintes digitales.

C’est pas comme si on était assez chargés…

Nos mettons donc en place le plan B : retrouver le propriétaire nous-même . Nous prenons une photo de l’appareil et commençons à faire le tour des hôtels sans succès. Et là, nous croisons le mec dans la rue, en train d’acheter des fruits :

Paul : « Excuse moi t’aurais pas perdu un truc hier ?

Lui : heu si mon appareil photo

Paul : on a ton appareil à l’hôtel »

Tellement improbable.

Nous étions presque plus contents que lui :) et sommes allés fêter notre victoire de canard dans un resto tenu par 4 jeunes français, la Table de l’Inca, fraîchement ouvert quelques semaines auparavant et qui propose des plats typiques péruviens revisités en mode gastronomique par un chef cuistot français, le tout pour l’équivalent de 15-20€ par personne. Comme dirait un péruvien : se vale la pena !!


Comme quoi, même dans une ville qui n’a rien de particulier, on peut trouver un truc excitant :)
Si vous avez d’autres enquêtes à nous confier, n’hésitez pas :)

Une réflexion au sujet de “Puno ou « Rendre à César ce qui appartient à César »

Si tu veux écrire un petit mot....