Cusco et la vallée sacrée 

Nous arrivons à Cuzco par le bus de nuit depuis Arequipa. Étant environ 5h du matin, nous cherchons un endroit pour se poser et prendre un petit déjeuner. Tout est fermé, excepté le marché de San Pedro.

Nous nous dirigeons donc vers ce grand marché couvert et avons le plaisir de découvrir un lieu déjà plein de vie malgré l’heure si matinale : les vendeurs de produits artisanaux s’affairent à préparer leur stand pour la journée, les vendeurs de fruits et légumes sont déjà en train de faire affaire et ce sont surtout les stands de vente de nourriture qui sont en pleine effervescence. On y vient prendre un café, un petit déjeuner, un jus de fruit con leche ou même une soupe et un plat de riz avant d’attaquer la journée.
Nous profitons donc de ce lieu déjà si animé pour y prendre un petit déjeuner à base d’œuf et d’avocat. Un régal :)


Nous passerons le reste de la journée à visiter la ville de Cusco : située à 3400m d’altitude, ancienne capitale Inca qui a gardé quelques édifices pré-colombiens, nous avons beaucoup apprécié flâner dans les rues et les magasins d’artisanat locaux (ndlr Manue n’a pas fait que flâner dans les magasins d’artisanat, elle a fortement souhaité contribuer à l’essor de l’économie locale).

Pour donner un côté culturel à notre visite de la ville, nous sommes allés visiter le monastère de la Merced. Petite anecdote, on a mis un certain temps pour comprendre que les bidons de « Agua Bendita » étaient des bidons d’eau bénite, et non pas d’eau potable ! Heureusement qu’on a pas rempli notre gourde avec !


Nous retrouvons, le soir, notre amie Anne rencontrée en Colombie lors du trek de la Ciudad Perdida (son blog). L’occasion de se raconter nos aventures et de se refiler quelques bon tuyaux récupérés au gré des rencontres. Nous finirons la soirée dans un pub, un vrai, avec le jeu de fléchette et qui sent la bière :)


Lendemain difficile pour Manue (mais pas à cause de l’alcool). Nous restons donc tranquillement à l’auberge en croisant les doigts pour que cela passe avant notre excursion pour le Machu Picchu prévue le lendemain. Je sors tout de même un peu profiter de la ville et visiter le musée de la coca avec Anne.

Ce (petit) musée a pour vocation de communiquer sur les très nombreuses vertues de la feuille de coca et de se détacher de l’image que nous associons tous à la cocaïne. On y apprend donc que la feuille de coca contient pas moins de 14 alcaloïdes. Pour n’en citer que quelques uns :
la papaïne, un ferment aidant la digestion en l’accélérant et qui possède des propriétés cicatrisantes pour la peau
la higrine, qui favorise la circulation sanguine et protège du mal des montagnes
– la quinoline, évite la formation des caries dentaires lorsqu’elle est mélangée avec du calcium et du phosphore
la pectine, absorbant au niveau intestinal, antidiarrhéique
la globuline, protéine cardiotonique, optimise le travail du coeur, évite la tachychardie et l’hypotension, remède contre les maladies de haute altitude
l’ecgonine, agit au niveau du métabolisme des glucides, complète les diètes
– ….


La feuille de coca se consomme quotidiennement par les péruviens, en thé (Mate de Coca) mais surtout en mastiquant une boule de feuille. Cela leur permet de passer des journées complètes à réaliser des travaux de force (porter des charges, travailler dans les mines,…) sans manger et sans souffrir.

La feuille de coca, en fonction de sa forme, leur permet également de lire l’avenir, comme l’a fait notre guide lors du trek du Machu Picchu.
Nous nous essayons avec Anne à mastiquer une boule de feuille de Coca et nous en achetons même pour nos futurs treks en altitude.

Le lendemain, Manue se porte mieux et nous pouvons partir pour le Machu Picchu (Lire l’article)

A notre retour du Machu Picchu (après je rappelle 7h de bus pour faire 118km), nous nous reposons un peu et partons ensuite faire 2 sites de la vallée sacrée :

Le marché de Pisac (et c’est reparti pour l’achat de souvenirs !!!)

 

Les Salineras de Maras, magnifiques salines de sel avec pas moins de 4000 terrasses de sel cristallisé et un impressionnant système d’irrigation d’eau salée.


N’ayant pas de tour organisé proposant ces 2 destinations dans le même jour, nous avons organisé notre propre tour en prenant des bus et collectivos. L’occasion pour Manue de pratiquer son espagnol avec sa voisine de bus, pendant plus d’une heure. Bon il reste quelques incompréhensions encore car elle a cru qu’on était fiancé et nous a félicité 10 fois pour notre futur mariage 😉 On a même son adresse pour lui envoyer une photo de notre mariage !


Au final, une belle journée dans la vallée sacrée, nous n’avons malheureusement pas le temps de visiter les autres sites : nous devons partir pour Puno et le lac Titicaca avec le bus de nuit.
Adios Cusco, tu mérites sans doute bien ton titre de plus belle ville sud-américaine ! (on te redit ça dans quelques mois)

3 reflexions sur “Cusco et la vallée sacrée 

  1. rebours

    Sublimes toutes vos photos, ça me fait voyager depuis mon canapé☺☺
    Bon Paulo il te reste encore 3 mois pour ta demande en mariage et n’oublie pas le lâché de colombes
    Gros bisous à vs deux!!

Si tu veux écrire un petit mot....