Playa Blanca – J2 et déjà à la plage

Coucou les amis,

Après avoir atterri à Bogota, nous avons directement pris un vol pour Cartagène, une ville de Colombie située au Nord du pays, le long de la mer des Caraïbes.

Cartagène est donc bien connu en tant que ville fortifiée (et incroyable mais vrai, ce n’est pas Vauban qui l’a faite celle-ci !), mais également pour ses plages de sable blanc. Les 2 aspects nous intéressent énormément mais pour se mettre dans l’ambiance des vacances on s’est dit qu’on allait commencer par les plages de sable blanc. Destination Playa Blanca !

Il y a 2 moyens de rejoindre Playa Blanca :

  • Par bateau depuis Cartagène : ce sont des gros bateaux gérés par des tours operator, qui vous emmènent à la plage et vous reprennent à 16h. Inconvénients : ca coute cher (20€) et vous êtes en même temps que tous les touristes sur la plage. Avantage : … On cherche encore
  • Deuxième solution : prendre un bus local (70cents) puis un « taxi » local (2,5€). Comprendre par « taxi » un mec qui fait des allers retour entre la station de bus et la plage.

C’est la deuxieme solution que nous avons choisi : prendre le bus nous a permis de nous fondre complètement dans la population locale et d’observer, d’un air ébahi et pendant plus d’une heure, les colombiens vivre : un vrai spectacle ! Il n’y a aucune station de bus, il faut faire signe à l’assistant du chauffeur de bus, accroché au bus, traverser la double voie et grimper le bus à peine arrêté. L’assistant passe ensuite dans le bus réclamer le paiement du billet.

Le « taxi » fut lui aussi un bon moment, nous avons partagé les frais avec une famille de colombiens, la musique à fond :

El Taxi (Pitbull)


L’arrivée à Playa Blanca par la terre n’est franchement pas paradisiaque : sol jonché de bouteilles plastiques et autres détritus en tous genre. On est bien content d’avoir notre filtre à eau pour ne pas participer durant ces 6 mois à cette pollution de plastique !

On découvre donc le premier visage de Playa Blanca.
Le second visage on ne le découvrira que quelques heures plus tard : après 16h, lorsque tous les touristes repartent en bateau, la plage se vide et devient véritablement paradisiaque. Pour profiter de ce moment nous avions fait le choix de passer la nuit sur la plage dans un hamac chez « Hugo’s place » 😉 : magique !

 

Le lendemain matin, après avoir profité du lever de soleil et marché sur la plage déserte, avec seuls quelques pélicans et crabes pour nous tenir compagnie, nous partons pour quelques heures de snorkeling au large, sur un récif de corail.

 

#PetiteCéréale

Au retour, notre chef de bord nous amène sur une plage complètement isolée, occupée uniquement par des locaux qui arrivent avec des yachts énormes et des filles, refaites a fond, en train de bronzer sur l’avant du bateau. Manue avait raison : on aurait du acheter des jumelles pour contempler la faune locale !

On restera une heure sur cette île à observer une caste de la population colombienne bien éloignée de ceux avec qui nous avons pris le bus la veille.
De retour sur Playa Blanca, nous ne tardons pas trop et reprenons le chemin inverse : « taxi » puis bus. Notre aisance au retour est incroyable, nous avons une idée des prix est sommes capables de négocier, nous savons où et comment prendre le bus… Bref on nous aurait pris pour des colombiens si on etait pas blanc, n’avions pas de sac à dos et parlions bien espagnol…. :)

20 reflexions sur “Playa Blanca – J2 et déjà à la plage

  1. Frog Family

    Salut les amis, vous voilà déjà comme des vrais! Une nuit en hamac… Le pied! Je ne sais pas ce qui nous fait le plus envie, le hamac ou la nuit complète? Enjoy à fond, ici on cuit. Bisous

  2. Chachou

    Coooool les truites, j’aime beaucoup la musique dans le taxi 😉 Sinon il faudra penser à pauffiner votre bronzage et à vous acheter une perruque de cheveux (plutôt noirs que blonds) pour vous fondre dans la masse des colombiens ! Et au fait, à tout hasard, n’aurais-tu pas retrouvé ta tong sur la plage en colombie? Depuis 2 ans, elle a eu le temps de dériver entre l’Islande et les côtes colombiennes 😉 😉 😉 Allé génial pour les news, ca fait plaiz de voir vos petites bouilles et bien joué pour le filtre à eau :)

  3. Emeyriat

    Merci de nous faire partager votre voyage. C’est encore supportable car il fait super beau ici

    j’espère que Paul est satisfait de la liseuse car on avait hésité avec des jumelles

    1. Paul

      Il fait un peu plus de 30 degrés, c’est assez supportable surtout au bord de la mer.
      Par contre j’ai bien l’impression que ça chauffe dur en France la !

  4. andré Bruggmann

    ppmm
    La plage est telle que nous l’avons connue… Sable blanc… plongée…. Coraux etc… pour nous c’était le bateau… Comme les touristes que nous étions. Les temps ont changé, aujourd hui nous prendrions peut être le bus! la musique à fond….
    bonne continuation.

  5. tipiak

    Franchement, on n’a rien à vous envier ici à Lyon. Il fait 38C à l’ombre, on a nous aussi des poissons tropicaux (dans le Rhône), aucun danger sur les routes (vitesse limitée pour cause de pollution de l’air), manque plus qu’une grève des éboueurs et la fête sera vraiment totale… Profitez un max et faites-nous rêver tout du long !

Si tu veux écrire un petit mot....