Nord du Chili : Vamos a la playa !

Nous perdons quelques 4000m d’altitude pour arriver en bord de mer à Arica, on peut enfin faire tomber la polaire :) La route dans le désert est splendide, on comprend pourquoi le Dakar passe par l’altiplano !

L’air ambiant est un peu étonnant, il fait chaud, et le sol est recouvert d’une épaisse chape de brouillard .

Il faut dire qu’ici dans les années 1910, il n’a pas plu pendant 14 ans d’affilée (ça ne risque pas d’arriver en Franche comté ! ).

Nous logeons dans une auberge de jeunesse « Sunny Days » tenue par un néozélandais hyper sympa, le genre d’auberge où on se sent tout de suite bien et où on aurait pu rester un moment. Avec en plus un super petit déj’, ça faisait bien longtemps :)

Nous partons visiter le musée archéologique dans la vallée d’Azapa, musée unique dans lequel on peut voir des momies Chinchorros datant de 7000 ans avant JC, plus anciennes que les momies égyptiennes. C’est assez incroyable leur conservation, qui a pu se faire grâce à une déshydratation rapide des corps par la salinité du sol. Çà vous paraît peut être un peu glauque mais moi ça m’épate!

A priori tout le monde avait droit à sa momification, quelque soit sa classe sociale ou encore son âge. Après le décès de la personne, les gens du village retiraient les organes, muscles,… ils démembraient le corps puis le reconstruisait avec des branches, puis remettaient la peau et recouvraient le corps et le visage d’argile. Tout ceci pour assurer la présence de la personne dans la société après sa mort.

Et puis comme il en faut plus pour nous couper l’appétit, direction le marché d’Arica pour goûter au ceviche chilien ( poisson blanc émietté cru mélangé à des oignons blancs et mariné dans du citron). Miam :)


Personnellement, mon préféré reste le colombien !

Ensuite nous sommes descendus un peu plus au sud à Iquique, ville côtière également.

Notre objectif était d’aller visiter Humberstone, ville abandonnée après la fermeture de la mine de nitrate de sodium (salpêtre). Un groupe d’ex-ouvriers a reconstruit certaines maisons et en ont fait un musée. La ville est inscrite au patrimoine de l’UNESCO. Elle a été construite dans les années 1880 et abandonnée dans les années 1960. Nous n’avons pas eu de mal à nous imaginer à cette époque (surtout que la maison du doc’ était une des plus belles, je m’y serais bien vue. Bon après quand on voit le matériel utilisé, je préfère ma pratique de petit médecin généraliste ). Nous nous attendions à tout moment à voir débarquer Lucky Luke à un coin de rue. Tout était là : les vieilles locomotives, les wagonnets…

La mine a perdu de son rendement lorsque les allemands ont découvert comment fabriquer eux mêmes le salpêtre…

Chapeau bas tout de même pour tous ces gens qui ont travaillé sous cette chaleur écrasante et dans les bâtiments de tôles !

Ballade en ville puis à la plage pour regarder les surfeurs au loin et les familles venues se prélasser un samedi après-midi.

Pour une route qui ne devait être qu’un passage, c’était plutôt sympa !!

Et puis prendre en photo le panneau Tsunami qui a servi 4 jours plus tard, ça fait un petit quelque chose !

3 reflexions sur “Nord du Chili : Vamos a la playa !

  1. Pingback: Arequipa to Arica | Pom in South America…

Si tu veux écrire un petit mot....