Après la frontière : La Paz

Nous passons la frontière Pérou-Bolivie à Desaguiro, au sud du lac Titicaca, non sans une petite appréhension, ayant entendu tant de choses sur cet endroit (plusieurs personnes nous ont raconté que le bus était partis sans eux mais avec leur bagage, et n’oubliez pas qu’il y a une plainte du chauffeur de taxi concernant l’appareil photo avec notre nom, etc …).

Finalement tout se passe très bien (à part une petite crevaison). Nous devons descendre du bus avant le pont-frontière, présenter un document délivré un mois plus tôt à l’aéroport (ça a peut-être été ça le plus dur) pour pouvoir quitter le Pérou, traverser le pont à pied, attendu l’autorisation d’entrée en Bolivie et retrouver notre bus qui nous attendait sagement (pour ceux que ca intéresse la compagnie Tour Pérou n’est pas mal pour passer la frontière).

Nous voici donc arrivés à La Paz.

La ville est surprenante, avec ses milliers de maisons carrées roses construites à flanc de colline, 400m de dénivelé entre le haut et le bas de la ville, deux mondes, pauvres et riches, aujourd’hui reliés par 3 téléphériques nouvelle génération.

Nous ne pouvons qu’être en admiration devant cette ville plantée à 3800m d’altitude.

Nous rejoignons notre hôtel au centre, notre chambre est au 4ème étage sans ascenseur : c’est pour s’acclimater pour la suite :)

Notre deuxième jour à La Paz est dédié à notre trek d’acclimatation. Nous avons choisi de monter à l’Austria Peak, 5300m d’altitude. Pour nous y accompagner, nous avons trouvé une agence cheap « Adolfo Andino ». Heureusement qu’il n’y avait qu’un chemin car le guide n’y était jamais allé :) Quand il nous a proposé de nous organiser notre excursion au Huayana Potosi, nous avons gentillement décliné l’invitation, vous comprendrez pourquoi dans le prochain article :)

Randonnée splendide, lac de montagne, lamas et alpagas en tous genre, temps ensoleillé, et vue sur notre objectif : le Huayana Potosi (6088m d’altitude).

Le lendemain, nous nous reposons à La Paz, allons essayer notre matériel pour le lendemain,

et visitons cette ville si étonnante, notamment ses marchés incroyables.

Le marché aux sorcières reste mon préféré : des dizaines de femmes qui vendent des plantes médicinales, des herbes en tout genre, des ensembles de choses à faire brûler pour se soigner/se porter chance/ purifier sa maison etc…, des fœtus de lamas séchés pendent à tous les stands, on nous propose de nous vendre des fagots de petit bois. Incroyable.

J’adore quand on me propose dans la rue de me vendre une antenne télé, un mini barbecue pour les offrandes, ou encore des canalisations pour refaire mes toilettes. Vous me direz, dans la vie, qui ne tente rien n’a rien :)

L’autre marché « Buenos Aires », est tout aussi intéressant : des stands partout dans la rue, chacune ayant son « thème » : la rue des pâtes, la rue des chaussettes, la rue des piles, la rue des réfrigérateurs, ou encore la rue des robinets :) c’est un peu comme les kebabs chez nous ou la rue des pizzerias à Grenoble :)

Bon par contre, difficile de manger Bolivien à La Paz, la plupart des restos sont des pizzerias, des mexicains, des internationaux. Alors on varie les plaisirs :)

Nous découvrons une autre facette de La Paz avec notre amie Coline venue nous retrouver pour 15 jours.

Nous changeons d’environnement, nous avons loué un appartement dans le quartier Sopocachi, quartier des expatriés.

Au programme: visite du musée de l’ethnographie et du folklore, ballades au marché, vue de la ville depuis le téléphérique, crêpe/pancakes-party (avec les plus beaux pancakes à bulles du monde).

8 reflexions sur “Après la frontière : La Paz

    1. Manue Auteur de l'article

      Je savais que t’allais réagir au pancake Marina!! C’est grâce au Québec ça :) on a bien pensé à vous et à l’épisode pancake dans le véhicule récréatif :)

      1. Marina

        J’espère que la poele colle moins que dans le véhicule récréatif !!! Ca me donne trop envie d’en refaire !! (Anne-So m’avait même donné une recette pour les faire de A à Z (sans poudre), faudra que j’essaie !) Bisous les filles et bonne suite en cuisine ! Vous me cuisinerez un cochon d’inde en rentrant ? 😀

        1. Manue Auteur de l'article

          On les a fait de A a Z cette fois ci :)
          Et pour le cochon d’inde, c’est un peu comme toi et les poissons avec le tête si tu vois ce que je veux dire :)

  1. André, Elisabeth

    Même à 10000kms, tu ne peux t’empêcher de cuire des petits gâteaux!!
    mais vous avez bien raison , continuez bien, c’est magnifique!

Si tu veux écrire un petit mot....