Parc de l’Aconcagua

Après avoir bien profité de Mendoza et de la route des vins (lire l’article), nous nous rendons à Uspallata, ville la plus proche du Parc de l’Aconcagua. Petit rappel : l’Aconcagua c’est le point culminant de la cordillère des Andes : 6962m.

Pas d’ascension pour cette fois. Si l’ascension de ce sommet est réputée comme techniquement facile, il est cependant nécessaire de partir en expédition 14 jours pour s’acclimater. De toute façon, l’accès y est impossible en ce moment, il y a trop de neige.

Arrivés à Uspallata, nous grimpons sur des chevaux (c’est qu’on commence à aimer ces belles bêtes !) pour aller découvrir les alentours de la ville. C’est vraiment très joli, les roches multicolores nous rappellent le nord de Argentine. Avec les montagnes andines en fond et le coucher de soleil, c’est superbe.

Notre objectif du lendemain est d’aller voir d’un peu plus près « le colosse de l’Amérique ». Une agence nous propose une petite randonnée à la journée, accompagné par Daniel Pizzaro, un guide d’Uspallata célèbre pour avoir ouvert une des voies d’ascension à l’Aconcagua. Ça aurait pu être une super rencontre si l’agence ne nous avais pas demandé 100€ par tête…!!! Daniel on t’aime bien, mais ce sera pour une autre fois.

On décide donc de se débrouiller. On prend un bus à 8h30 le lendemain qui nous amène aux portes du parc. Nous sommes bien accueillis par un rangers qui nous montre un livre avec des photos d’expéditions : ça a l’air magique, tellement irréel de se retrouver là haut. Mais sans doute tellement difficile, on se souvient comme ce fut difficile d’atteindre les 6000m en Bolivie !

Photos du livre :

Le parc est bel et bien fermé car nous ne sommes pas encore en été. On peut cependant faire une petite marche pour atteindre un point de vue sur l’Aconcagua. On s’y rend tranquillement, en marchant dans la neige. Le point de vue est sublime, on voit la face complète de l’Aconcagua, pas uniquement la pointe de ce sommet.

Nous pique niquons au pied de ce géant.

Mais comme attirés par son immensité, nous décidons de continuer à se rapprocher un peu. Nous savons qu’il y a un pont un peu plus loin, accessible sans risque. Après une bonne heure de marche dans la neige, nous arrivons au pont. La vue est toujours aussi belle.

Il faut se résigner, nous ne pouvons pas aller plus loin. Nous reviendrons sans doute le voir un jour…. de plus près !

Le bus nous permettant de retourner à Uspallata passe en fin d’après midi. Nous avons donc juste le temps de nous rendre à Puente del Inca, village connu pour son pont de roches colorées formé naturellement.

De retour à Uspallata, nous allons récupérer nos sacs à l’hôtel pour prendre le bus de nuit pour Santiago. Nous sommes chanceux car les douaniers nous ont informés sur Twitter que le passage a été réouvert depuis 24h ! Bbr se rend tout de même au terminal pour s’en assurer auprès de l’agence de bus. Et bien lui en a pris ! Le passage est bien réouvert, mais ce que nous ne savions pas c’est que notre bus ne passe pas par le terminal de bus, il faut l’attraper au bord de la nationale !!! On aurait été bien à attendre le bus à 23h30 au terminal….

Heureux d’avoir échappé à une nuit blanche au terminal, nous allons fêter ça autour d’une bonne parillada (barbecue). Le morceau de viande servi est tout simplement énorme : le plus petit morceau fait 450g / pers ! C’est un vrai délice, ils sont trop forts ces argentins !

Après cet exploit sportif, nous allons attendre notre bus… au bord de la nationale. Il est presque minuit, notre bus arrive.

IMG_3871

Tout est bien qui finit bien, nous pouvons retourner au Chili pour montrer à Bbr la belle Valparaiso (lire l’article) et lui permettre de prendre son avion.

2 reflexions sur “Parc de l’Aconcagua

Si tu veux écrire un petit mot....