Cataratas de Iguaçu

Les chutes d’Iguaçu se situent à l’extrême nord est de l’Argentine, à la frontière avec le Brésil et le Paraguay.
20h de bus contre 1h30 d’avion depuis Buenos Aires, pour quelques euros de plus, il ne nous en a pas fallu plus pour choisir !
A la descente de l’avion, on retrouve le climat chaud et très humide du nord de la Colombie !

Tululu radio latine : LA minute culturelle
Iguaçu en langue guarani, signifie « grande eau » : plus de 200 cascades dévalent sur un front de 2,7 km, au cœur d’une forêt tropicale luxuriante. Le caractère spectaculaire du site et la sauvegarde de la forêt lui ont valu d’être classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous consacrons notre première journée à la visite des chutes d’Iguaçu côté Argentin.

Pour ceux qui connaissent les chutes du Niagara, ça n’est vraiment pas comparable.
Les chutes sont situées a une vingtaine de kilomètres de la « ville » de Puerto Iguaçu, il faut traverser la forêt tropicale pour y accéder. Le site et très préservé, on peut y voir des animaux en toute liberté : des singes, des coatis, des oiseaux en tout genre, papillons multicolores, etc…
Malgré l’affluence de touristes, ça reste sauvage. Pas de hordes de gens avec leur ponchos jaunes ou bleus pour prendre le bateau :)

Plusieurs petits circuits sont balisés pour offrir les meilleurs points de vue sur les chutes. Il y a même des passerelles pour aller voir les chutes du haut.
Dès le premier point de vue, on comprend pourquoi on a fait ce détour.


Des chutes d’une puissance incroyable, formant un « U », qui se jettent les unes dans les autres, tantôt fines tantôt épaisses, et qui s’écrasent dans un nuage brumeux impressionnant ! Des chutes à perte de vue, impossible de voir où elles s’arrêtent !
Ça dépasse l’imagination en fait.
Le bruit est tel qu’on ne s’entend plus parler, la brume nous atteint parfois nous permettant de nous rafraîchir un peu (bon on ne sèchera plus de la journée mais c’est un détail).


Chaque virage offre un nouveau point de vue sur les chutes.
C’est vraiment superbe.

A cette période de l’année, les chutes sont très très puissantes, et donc très spectaculaires, mais l’eau prend alors une couleur marron-roux.

En fin de journée, nous devons passer la frontière pour aller dormir du côté Brésilien. C’est à 8km mais ça nous aura pris 2h, car le bus qui t’emmène au Brésil est un bus de ville, qui part toutes les heures et ne t’attend pas au passage de la migration brésilienne. Donc tu dois prendre le suivant 1h plus tard.
Et vu que le gentil monsieur de la Préfecture d’Ushuaïa s’était soigneusement trompé de date sur son tampon d’entrée sur le territoire argentin et l’avait corrigée au crayon bleu, ça a duré plus longtemps que prévu à la migration argentine. Ce poste de frontière argentin est habituellement assez rapide donc le bus t’attend. Mais là, vu que ça durait un peu, il nous a fait descendre nos bagages et nous a laissé plantés là. Donc on a repris le suivant pour faire 2 km puis rebelote, le bus nous abandonne pour le poste brésilien et on prend le suivant :)

La bonne surprise, c’est l’auberge qu’on a réservée, une sorte d’auberge de jeunesse en mode hôtel 4 étoiles (Che Logara), surprenant mais assez plaisant ! Le luxe d’un hôtel avec les échanges et la jeunesse d’une auberge ! Surtout que ce soir c’est apéro sur le roof top avec caïpirinha gratuite !
Bienvenue au Brésil !

 

Et bienvenue au pays du portugais ! On ne comprend plus rien… Pourtant ça s’apparente à l’espagnol, mais impossible de communiquer, nous revoilà avec nos têtes de benêt quand on nous parle, on déteste ça.

C’est là qu’on s’aperçoit qu’on communiquait beaucoup avec les gens en espagnol. Des trucs insignifiants : demander le nom d’un fruit, demander de l’aide pour choisir l’herbe a maté, demander son chemin, obtenir des bons plans. Bref, ça nous manque déjà !

Le côté Brésilien est plus rapide à visiter car il y a moins de sentiers. Il permet d’avoir une splendide vue d’ensemble des chutes, et de se rendre compte que c’est encore plus grand que ce qu’on voyait de l’autre côté !

 

Définitivement, le détour en vaut la peine, et on confirme les dires de tous, il faut bien visiter les deux côtés !

2 reflexions sur “Cataratas de Iguaçu

Si tu veux écrire un petit mot....